Search
  • Remi Renaudie

9h07. Décollage de la fusée.

Updated: Aug 1, 2019

9h07. Les moteurs s’allument. Le craquement sourd de la mise à feu. Du bruit à en faire trembler la terre. Une fusée s’envole, le cœur de l’unique passager s’emballe. Son pouls passe de 64 à 157 battements par minutes mais l’homme s’exclame joyeusement Поехали ! « Et c’est parti ! ».


La puissance de l’accélération écrase les côtes de l’homme recroquevillé dans sa capsule. La liaison radio se trouble, le centre de commande alarmé lui demande comment il se sent. « Bien et vous ? » répond l’homme d’une voix calme.


Cet homme s’appelle Youri Alexeïevitch Gagarine, et le voilà ce matin du 12 avril 1961 parti à la rencontre du ciel et de ses étoiles dans le plus long et périlleux des voyages. Un voyage pour l’éternité.


La folle légende Gagarine est lancée dès son retour sur terre. Une annonce est faite à la radio nationale qu’un Soviétique vient de revenir sain et sauf du premier vol dans l’espace de l’Histoire. Youri Gagarine, issu des classes moyennes et apprenti soudeur, deviendra rapidement l’icône de l’URSS.


Gagarine est tiraillé durant les années qui suivent son retour sur terre entre le souhait de sa « mise sous verre » par le pouvoir Soviétique, connaissant son importance pour l’image du Parti qu’il représente dans de longues tournées internationales, et ses envies de voler à nouveau. Esprit brillant, il suivra comme tous les autres cosmonautes du premier programme de vol habité une formation d’ingénieur. Dans l’idéal de Sergueï Korolev, les fusées seraient à l’avenir construites par ceux qui les connaissent le mieux : les cosmonautes. Parallèlement à cet apprentissage de la construction des vaisseaux, Gagarine reprend son entraînement à la cité des étoiles et effectue des vols à bord d’avions MiG. Ce retour de Youri au cœur de la course à l’espace se finira sur deux drames : il assiste depuis le centre de commandes au tragique accident de Kamarov alors qu’il est la doublure de ce dernier, puis décèdera lui-même dans le crash de son MiG 15-UTI biplace qui entraînera également la mort du colonel Vladimir Serioguine, avec qui il partageait le cockpit.


Youri Gagarine est toujours aujourd’hui le porte étendard de l’odyssée de l’espace Soviétique, de l’Histoire d’un pays, qui, depuis Constantin Tsiolkovski, a toujours eu les yeux tournés vers les étoiles. Sa capitale Moscou est chargée de références à la conquête spatiale : statues, monuments et musées en l’honneur de ses héros constellent la ville.


D’où un tourisme spécifique en plein essor : le tourisme spatial. Venez admirez le passé en vous recueillant sur les tombes de Gagarine, Korolev et Kamarov à la nécropole du Kremlin, imaginez-vous dans le vaisseau Vostok de Youri au musée mémorial de la cosmonautique. Un nouveau tourisme qui vous permet d’attraper l’Histoire en marche à la cité des étoiles en assistant à l’entraînement des cosmonautes du monde entier. Le centre d’entraînement Gagarine ouvre ses portes à de rares occasions pour une immersion totale dans les pas des premiers cosmonautes et une rencontre avec leurs homologues du XXIe siècle. Accompagnez ces derniers toujours plus près des étoiles à Baïkonour pour assister aux dernières étapes de leur entraînement avant le bouquet final : le lancement d’une fusée Soyouz avec son équipage.


Retour à la case départ donc :

9h07. Les moteurs s’allument. Le craquement sourd de la mise à feu. Du bruit à en faire trembler la terre. Une fusée s’envole ; c’est votre cœur qui s’emballe.

23 views
We speak

English

French

Russian

German

Spanish

Italian

Immersion in Russia
Our concepts
Contact
Tour operator license
1200px-Coat_of_Arms_of_the_Russian_Feder
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram

© 2020 Immersion in Russia